top of page
Rechercher
  • Photo du rédacteurClément Martin

Prenez une bouffée d'air pur !

Dernière mise à jour : 13 mars 2023




Rivages 2020 France

Durée : 08 mn 21 s

  • Réalisation : Sophie Racine Production : Am Stram Gram, Yves Bouveret Direction artistique : Sophie Racine Scénario : Sophie Racine Graphisme : Sophie Racine Storyboard : Sophie Racine Layout : Sophie Racine Décors : Sophie Racine Animation : Sophie Racine, Gabriel Jacquel Compositing : Sophie Racine, Gabriel Jacquel Musique : Yan Volsy Son : Yan Volsy Montage : Sophie Racine

Ce film a obtenu le prix André-Martin du meilleur court métrage français au festival d'Annecy en juin 2020.


A l'occasion des 60 ans du Festival d'Annecy, je voudrais remercier Francis Gavelle pour la création des prix André Martin court et long-métrage à Annecy. Ces prix alternatifs au palmarès "officiel" mettent en valeur des films dont les qualités graphiques et l'intérêt instrumental en font des oeuvres à part et souvent à part entière ! Ces prix perpétuent la pensée d'André Martin sur le Cinéma d'Animation qu'il a "projeté et animé" successivement dans les ciné-clubs, les journées du cinéma, le festival de court-métrage de Tours, les Journées Internationales du cinéma d'Animation ... et au festival d'Annecy pour s'arrêter, pour l'instant, en 1960 et à cet anniversaire !

Photo Clément Martin : André Martin dans sa maison de Villeneuve-le-roi en 1979.


Je profite de ce post pour afficher cette photo d'André Martin qui porte son regard sur la lumière car elle n'est pas sans rapport formel (Grain, contrastes, noirs profonds, lumière, personnage pas concerné par le regard de l'autre) avec le film de Sophie Racine même s'il s'agit d'un intérieur avec un cadre qui compose des artefacts et un personnage.


Il faut remercier également le jury des prix André-Martin 2020 qui était composé de passionnés d'animation. :

  • Mohamed Beyoud, directeur artistique, Festival international du cinéma d'animation de Meknès,

  • Cécile Giraud, médiatrice cinéma, Cinémas indépendants de Nouvelle-Aquitaine,

  • Alexis Hunot, activiste du cinéma d'animation,

d'avoir distingué ce film qu'aurait apprécié André Martin. :-)


Mais revenons au film ... :-)

En ces temps pandémiques où se succèdent les privations qui nous réduisent le plus souvent à un horizon minéral dans les villes, quoi de plus précieux que la belle promenade que nous propose Sophie Racine dans son film.


"Ce film a pour sujet le rivage, cette frontière mouvante entre l’image et la terre. Construit à partir d’un décor dessiné à 360 degré inspiré des rivages de l’île de Batz. Il y a peu de personnages. Le paysage est centrale et les éléments en sont les véritables personnages."

Vous pouvez écouter Sophie Racine nous parler de son film sur https://www.youtube.com/watch?v=iT_i_UsmRo8.


Quelle joie de se laisser emmener sur un chemin où se succèdent des tableaux abstraits qui frémissent sous les éléments et dans lesquels viennent s'animer les surprises de la nature. Les discrètes vibrations de la faune et la flore vivante nous enveloppent pour nous offrir ces beaux spectacles.

Promeneurs, pêcheurs de coques ou enfants qui jouent dans les rochers, nous plongent dans nos souvenirs heureux, ceux où on se rappelle s'être arrêté pour contempler la vie, respirer en se disant "mais qu'est-ce qu'on est bien !".

On continue notre parcours en observant à distance mais avec plaisir ces paysages.

La musique de Yan Volsy, avec instruments à cordes, nous accompagne avec la même discrétion en se mêlant aux sons naturels de la lande enregistrés pendant les repérages pour les décors. Le son et la musique viennent compléter l'ensemble avec bonheur.


Mais par quel miracle ce court-métrage nous fait-il si bien respirer et humer les embruns ?

Bien sûr, il y a le goût de Sophie Racine pour la peinture et l'aquarelle de paysages et de compositions végétales colorées qui lui permettent de saisir la délicatesse du sujet .


Cependant, elle a opté ici pour un abandon de la couleur. Elle renforce ainsi la structure des images. La diminution des informations dans l'image noir et blanc et contrastée renforce le "message" et nous fait frôler l'abstraction . La lumière devient un acteur principal du film et la structure des images en met en valeur les variations.


Sophie Racine nous précise des éléments techniques dans "Annecy 2020 : « Rivages », vingt-quatre heures dans la vie d’une plage" Article et propos recueillis par Stéphane Dreyfus


"Tout a été dessiné sur ordinateur. J’ai ensuite intégré des linogravures numérisées, pour obtenir cette trame granuleuse et ces nuances de gris. Pour l’animation des nuages ou de la brume, je voulais quelque chose de très précis, donc je l’ai affiné lors du "compositing"."


Images : Merci à Sophie Racine pour ces images. On y voit ces plans abstraits de nature qui s'animent délicatement dans le film.

Les qualités graphiques ainsi obtenues nous offrent : «Un film qui fait appel aux sens, une évocation de la mer, du vent, de la lumière, pour prendre le temps de découvrir un petit bout de terre bordé par la mer. Une invitation à regarder ce qui nous entoure." cf. https://www.youtube.com/watch?v=iT_i_UsmRo8


Le film n'est pas disponible pour le visionner sur internet, il nous faudra donc encore patienter un peu pour le voir sur un bel écran avec un beau son, dans une belle salle de cinéma qu'on attend tous. :-)


André Martin aurait, avec certitude apprécié, le talent de Sophie Racine qui nous fait prendre une si belle "bouffée d'air pur" grâce au Cinéma d'Animation. Devant le traitement graphique qui se rapproche de la gravure et du monotype (estampe), face à ce grain animé qui fait frémir la nature, il aurait certainement dit à notre jeune créatrice :

  • "Quand faites-vous un film avec l'écran d'épingles ? Alexandre et Claire l'ont fait pour que des artistes comme vous l'utilisent après eux".

118 vues0 commentaire

Comments


Post: Blog2_Post
bottom of page