top of page
Rechercher
  • Photo du rédacteurClément Martin

Palmarès Annecy 2021-Durant "La Traversée" de Florence Miailhe, le jury n'a pas pris le bon chemin.

Dernière mise à jour : 28 avr.


Où l'image animée devient un tableau poétique - Image - : https://www.lamenagerie.com/prod_realisations/la-traversee/


Florence Miailhe et son équipe nous ont offert une œuvre remarquable pour nous rappeler, s'il en était besoin, que le cinéma d'animation est un art majeur.


La traversée

France, Tchéquie, Allemagne. 2021

Réalisateur Florence Miailhe

Scénario : Marie Desplechin, Florence Miailhe

Directeur artistique animation : Youri Tcherenkov (CZ)

Animateurs France : Valentine Delqueux, Marie Juin, David Martin, Aurore Peuffier, Anita Brüvere, Ewa Łuczkow, Paola de Sousa

AnimateursAllemagne Aline Helmcke, Urte Zintler, Ewa Łuczkow

Animateurs Tchéquie : Lucie Sunková, Polina Kazak, Eva Skurská, Anna Paděrová, Zuzana Studená, Marta Szymanska

Musique : Philipp E. Kümpel

Directeurs de postproduction : Jean Delduc, Matthias Reger

Directeurs de production : Dominique Deluze (FR), Karsten Matern (DE), Marcela Vrátilová (CZ) Producteurs Les Films de l´Arlequin, Balance Film, MAUR film, XBO Films, ARTE France Cinéma, MDR/ARTE Germany, Česká televize Distributeurs GEBEKA FILMS Marc BONNY


Ce long-métrage nous raconte la migration d'une sœur et d'un frère qui fuient les progroms et la persécution. Ce film très personnel prend ses racines dans l'expérience qu'ont vécues son arrière-grand-mère au début du siècle lors du pogrom de 1905 à Odessa en Ukraine et sa mère qui a dû fuir en zone libre face à la persécution des juifs suite à l'occupation nazi. Florence Miailhe s'est inspiré des croquis de sa mère réalisés lors de cette fuite.


Ce conte en six chapitres, écrit par Florence Miailhe et Marie Desplechin, traite le sujet sombre et actuel des migrations de populations oppressées comme les deux autres films primés à Annecy dans la catégorie long-métrage. Mais ce film se distingue par la poésie des images et du scénario qui nous emporte dans un univers intemporel, prégnant qui nous enveloppe, nous transporte dans son histoire.


Florence Miailhe est passée maître dans l'utilisation des techniques de peinture sur verre et de l'utilisation du sable dans l'animation dans la lignée de ses modèles Caroline Leaf, Jean-François Laguionie ou Youri Norstein. Pour le film un banc titre à trois plaques de verre a permis de combiner

  • décors réalisés sur papier de soie transparents,

  • sur lequel on peut superposer un cellulo pour apporter des détails

  • et enfin trois plaques de verres permettent de peindre à la peinture à l'huile, les trois niveaux apportant la profondeur de l'image résultant de ces superpositions.

Ce projet qui a muri pendant plus de 10 ans a pris 3 ans de production avec des équipes en France, Tchéquie, et en Allemagne. Ce premier long-métrage réalisé en peinture à l'huile sur verre a constitué un véritable défi pour la réalisatrice qui a du inventer un pilotage et un suivi du travail des équipes tout en transmettant aux équipes de son savoir-faire unique afin d'entretenir ainsi la connaissance et le plaisir de ce savoir-faire.


Une co-production internationale s'est avérée indispensable à la production de cette œuvre que la réalisatrice qualifie "d'édifice monstrueux":

  • Réalisation des décors à Toulouse

  • 13 bancs titres avec 3 plaques de verre conçus spécifiquement pour le film pour les animateurs répartis dans 3 pays. Un processus d'animation en équipe de peinture sur verre qu'il a fallu inventer.

  • post-production, étalonnage et musique réalisés en Allemagne


Pour plus d'informations sur la conception et la construction du film voir "Rencontre avec Florence Miailhe" dans le cadre de la "9ème rencontre professionnelle sur l'écriture du film d'animation" à Fontevraud, le 3 octobre 2020 où Florence Miailhe échange avec Jacques Kermabon sur la véritable épopée que constitue la réalisation de ce court-métrage.


Dommage que cette prouesse de réaliser un long-métrage en peinture sur verre n'ait pas été reconnue par le jury.


Certes Florence Miailhe a déjà reçu beaucoup de distinction dans sa carrière dont :

  • le César du meilleur court métrage en 2002 avec "Au premier dimanche d'août",

  • une mention spéciale au Festival de Cannes en 2006,

  • ou encore un Cristal d’honneur en 2015 au Festival international du film d’Animation,

mais cette réussite unique méritait de toute évidence le cristal du long-métrage cette année.


Le film ne manquait pourtant pas de critères pour lui attribuer le Cristal :

  • Premier long-métrage en peinture à l'huile sur verre,

  • Une équipe en majeur partie féminine,

  • Une volonté de partager son savoir-faire,

  • Une esthétique remarquable qui se distingue par son enracinement et son audace,

  • Une histoire intemporelle, grave et cruelle, associée à des préoccupations qui nous touchent et qui permet des niveaux de lecture pour chaque public. Une histoire qui nourrit notre réflexion sur les problèmes de migration et influe sur notre perception de ces crises migratoires.

  • Des personnages romanesques aussi bien prédateurs, exploiteurs, égoïstes, bons, sauveurs que victimes ou opprimés.

  • Une histoire sensible, captivante avec son chemin, celui de deux enfants obligés de grandir trop tôt, emportés dans une fuite tragique qu'ils doivent assumer.



Mais le Jury, souverain, n'a pas pris le bon chemin lui préférant une autre beau film plus documentaire qui n'a cependant pas atteint cette dimension universelle et poétique qui transcende le sujet. Le public ne s'est pas perdu pendant la Traversée comme en témoigne la longue ovation debout qui a suivie la projection du festival dans la grande salle de Bonlieu.


Peut-être aurait-il fallu faire de la peinture sur "cristal" au lieu du "verre" pour achever de convaincre. Cette mention a défaut d'un Cristal du long-métrage a pour beaucoup momentanément "plombé" l'ambiance de la très réussie cérémonie de clôture.



Le film sort le 29 septembre. Nul doute, vu l'accueil enthousiaste des spectateurs que nous avons vécu à Annecy, que le public saura trouver le chemin des salles obscures pour une traversée inoubliable. C'est finalement l'essentiel.



A lire et voir sur le film :

"Rencontre avec Florence Miailhe" : https://www.youtube.com/watch?v=jaz85sLq_ng

'En pleine traversée" de Jacques Kermabon dans le no 1 de la revue Blink Blank : https://revue-blinkblank.com

Entretien réalisé par Marie-Pauline Mollaret et Nicolas Thys lors du dernier festival d'Annecy Interview de Florence Miailhe




291 vues0 commentaire

Comments


Post: Blog2_Post
bottom of page