top of page
Rechercher
  • Photo du rédacteurClément Martin

Prix André-Martin pour long-métrage 2024 : des racines et des bourgeons.


Interdit aux chiens et aux italiens d'Alain Ughetto - source image : https://www.allocine.fr/video/player_gen_cmedia=19597737&cfilm=279640.html


Le jury

Cette année le jury qui a attribué le prix André-Martin était composé de :

  • Apolline Caron-Ottavi, rédactrice et programmatrice à la Cinémathèque

  • québécoise; (Canada)

  • Christophe Chauville, rédacteur en chef de la revue Bref et responsable éditorial de la plateforme Brefcinema; 

  • Nicolas Métayer, codirecteur du cinéma Le Vincennes;

  • Mihai Mitrica, directeur du festival Animest; (Roumanie)

  • Caroline Vié, journaliste et critique de cinéma à 20 minutes;


Le Jury a eu la lourde tâche de distinguer un film parmi une sélection de 16 longs métrages de grande qualité. Pour en savoir plus sur cette sélection vous pouvez lire l'article :

80 Prix André Martin du long métrage d'animation 2024 : c'est pour bientôt ! 


Interdit aux chiens et aux italiens d'Alain Ughetto


C'est avec un grand plaisir que j'ai remis le prix André Martin au nom du jury au film "Interdit aux chiens et aux italiens" d'Alain Ughetto. Mathieu Courtois et Jean-François Lecorre producteurs chez "Vivement Lundi !" sont venus pour recevoir le prix tandis qu'Alain Ughetto a adressé au public une vidéo de remerciement où il nous a fait part de tout le plaisir qu'il a eu à travailler avec les équipes du film. Le réalisateur qui n'a pu être présent pour recevoir le prix a adressé ses remerciements avec une petite vidéo.


Remise du prix AM : Clément Martin, Jeanne Frommer,  Jean-François Lecorre , Mathieu Courtois et Isabelle Vanini. Photo AFCA Gwendal Le Flem .


Le prix récompense un film en objet animé qui retrace l'histoire de la famille d'Alain Ughetto originaire du Nord de l'Italie. Ce film d'un petit fils qui se penche sur le passé de ces ancêtres après le décès de son père, nous offre une quête racinaire sensible qui illustre avec réussite ce besoin que l'on ressent de retrouver et comprendre ses racines face aux disparitions de notre existence..



Pour en savoir plus sur le film vous pouvez lire l'article :

75 Interdit aux chiens et aux italiens : la généalogie animée


La forêt de mademoiselle Tang - Denis Do



A la suite de la cérémonie de remise des prix, Denis Do est venu nous présenter son film “La Forêt de Mademoiselle Tang” dont la projection est entrée en résonnance avec le film d'Alain Ughetto.


Denis Do nous raconte ici l'histoire d'une famille située de la province de Guangdong au sud de la Chine parlant la langue Teochew. Cette région pauvre a vu beaucoup de personnes migrer vers l'Asie du Sud-est notamment le Cambodge, le Vietnam. Colonisation anglaise, occupation japonaise, Grand Bond en avant, économies socialiste de marché sont autant de bouleversements que traversent plusieurs générations de cette famille passant au fil des décennies d'une économie artisanale à une économie moderne de consommation. Bon nombre d'émigrés en Asie du sud-est ont émigré vers l'Europe et la France notamment dans les années 40, 50 et 70.



Pour Denis Do cette quête racinaire est aussi une lutte pour préserver une culture et une langue aujourd'hui menacée de disparition. La diaspora chinoise Teochew en France a été très sensible et mobilisée pour que le film se fasse.


Le film montre  sur un rythme lent assumé les changements et les évolutions de la Chine au sein de cette famille sur six générations. La musique de Thibault Kientz-Agyeman enveloppe le film et ces changements comme un repère face à l'oubli.


Au générique de fin Denis Do dédit le film "A nos racines et nos bourgeons". Ce jeune réalisateur rejoint ici son aîné Alain Ughetto avec un regard sur le passé et ses racines et la création d'une œuvre de mémoire.








24 vues0 commentaire

Comentários


Post: Blog2_Post
bottom of page