top of page
Rechercher
  • Photo du rédacteurClément Martin

Piaff J5 : C'est le week-end !

Dernière mise à jour : 30 janv.


Harvey - Janice Nadeau - Image https://www.unifrance.org/film/55958/harvey


C'est le Week-end et le Piaff nous offre 3 séances chaque jour samedi et dimanche au studio des Ursulines avec 3 programmes de compétitions.


Samedi 20 janvier

17h Compétition Jeunesse 1

19h Compétition Études 1

21h Compétition Expérimental 2


Dimanche 21 janvier

16h: Compétition Jeunesse 2

17h30: Compétition Etudes 2

19h30: Compétition Musiques


Aujourd'hui emmenez vos enfants à la séance de la compétition jeunesse pour leur faire découvrir de magnifiques courts-métrages d'animation qui leur sont destinés.


Et demain, comme ils vous demanderont d'y retourner, soyez prévoyant et organisez votre après-midi en conséquence. Ils pourront voir le tendre et touchant "Harvey" de la québécoise Janice Nadeau qui nous offre un regard poétique sur le deuil d'un enfant qui échappe à celui-ci grâce à son imagination.


Pour les plus grands, la compétition étude vous permettra de faire connaissance avec ces jeunes talents qui nous impressionnent déjà.


Pour les amateurs d'esthétique et de recherche sur l'image et le son, Marie-Pauline Mollaret nous a concocté un magnifique programme de la compétition expérimentale dont la deuxième séance va encore nous offrir de belles surprises qui tutoient l'histoire de l'Art avec bonheur parfois au frontières du cinéma d'animation.

La première séance d'hier nous a offert ce spectacle rare que nous offrent artistes plasticiens et chercheurs.


Marie-Pauline Mollaret nous a présenté les films de la compétition, Alexis Hunot a assuré la traduction pour les spectateurs étrangers. Photo Clément Martin


Durant cette séance on aussi bien pu voir le soleil dans tous ses états avec "Sol 2" d'Olivier Fouchard, que subir une séance de flash intenses sponsorisés par les ophtalmologistes avec "Le pépiement silencieux des chiffres invisibles" de Vera Sebert ! :-)


Sol 2  d'Olivier Fouchard

 Le pépiement silencieux des chiffres invisibles de Vera Sebert


Nous avons exploré les relations entre le son et l'images avec plusieurs artistes avec O/S de Max Hattler ou Leipzig Noir de Caspar de Gelmini.


O/S de Max Hattler - Image Image http://maxhattler.com/os/


Leipzig Noir de Caspar de Gelmini 2020 - Image https://vimeo.com/476838943


Deux bijoux à distinguer

On notera parmi ses films deux bijoux particulièrement ciselés à accrocher dans un musée.


Tovo de Thomas Steiner Autriche 8mn

Un cheminement en prise de vue "time elapse" et des surimpression de lignes entremêlées avec un passage en hommage au dripping de Jackson Pollock vraiment magnifique. On peut l'accrocher au musée. :-)


Tovo de Thomas Steiner - Image https://www.sixpackfilm.com/en/catalogue/2617/


Le deuxième cour-métrage à remarquer parmi toutes ces trouvailles de la programmatrice, fait partie d'un projet de long métrage en 6 chapitre : Enharmonique de l'artiste peintre et plasticien iranien Kaveh Kavoosi (1).

A la suite de la projection, le réalisateur Kaveh Kavoosi est intervenu pour nous confier la genèse de ce film.


Marie-Pauline Mollaret avec Kaveh Kavoosi dans la séance d'entretien post projection. - Photo Clément Martin


Ce long métrage s'inspire du livre poétique "la nature" (De natura rerum) du philosophe romain, Lucrèce, qui vécut au 1er siècle avant Jésus-Christ.


Sur ce long-métrage,  Kaveh Kavoosi, artiste qui était habitué aux œuvres monumentales, a dû trouver lors "du confinement" comment poursuivre son chemin de création avec une table de 1 m2. Et bien il a filmé en macro en "prise de vue continue" (2) 1 cm² de fluides et matières sur une plaque métallique avec tout juste un peu de montage pour éliminer des perturbations inesthétiques lors d'évènement d'injection de fluide avec des outils adaptés au contexte microscopique.


Le résultat est un magnifique combat coloré de fluides et de matières qui évoluent patiemment dans un somptueux ballet accompagnée d'une musique narrative.


Si Kaveh Kavoosi est resté discrets sur les techniques employées (3), nous savons malgré tout qu'il s'agit de mettre en œuvre expérimentalement des phénomènes physique et chimiques impliquant des fluides, de la matière et une plaque métallique.

Nous avons vu le chapitre 5 de 11 mn01 d'Enharmonique : Le combat du feu et de l’eau.


Voici ici une image tirée de Enharmonique qui n'appartient pas au chapitre 5 mais qui illustre aussi bien la nature qu'une image qui serait prise de la navette spatiale.


Si le long-métrage est terminé, il n'est pas encore diffusé. Nous avons hâte de voir le long-métrage dans son ensemble !


Le cinéma d'animation a toujours fortement interagi avec l'Art expérimental et l'Art expérimental lui a bien rendu ! (5)

Le cinéma expérimental recherche et explore les rapports entre l'image et le son sans frontières didactiques et même si, stricto sensu, ce film en enregistrement continu n'appartient pas au domaine de l'animation, par sa science laborieuse, par sa gestion précise et orchestrée d'évènements physiques et chimiques, par sa construction prédéfinie et synthétique il a avec bonheur pleinement sa place dans un festival d'animation !


Bravo aux organisateurs, André Martin qui se définissait plus comme un chercheur (4) que comme un réalisateur, aurait adoré être parmi vous hier soir !


Rendez-vous ce soir au studio des Ursulines pour la deuxième séance de la compétition expérimentale qui ne manquera pas de nous apporter de nouvelles et belles émotions !



(2) Coucou Florentine :-)

(3) Après tout nous nous trouvions tout de même dans un festival de cinéma d'animation et l'assemblée n'attentait peut-être pas un exposé scientifique ! :-)

(4) 1983 03 13 "Le cinéma des cinéastes" - émission de Claude Jean Philippe avec André Martin -  émission sur le film "Sans soleil" : https://www.radiofrance.fr/franceculture/podcasts/les-nuits-de-france-culture/sans-soleil-de-chris-marker-essai-cinematographique-d-un-homme-multimedia-3676987


64 vues0 commentaire

Comments


Post: Blog2_Post
bottom of page