top of page
Rechercher
  • Photo du rédacteurClément Martin

Annecy 2024 - "Circle" : Confinement et liberté

Dernière mise à jour : 12 juil.



La compétition Court métrages - L'officielle 2 nous a présenté "Circle" de Yumi Joung. Un film sobre et réjouissant.


Circle - réalisation Yumi Joung - Corée du sud - 06 ' 57 ''- 2024


Réalisateur :Yumi JOUNG

Producteurs :MATCH CUT INC.Kihyun KIM

Distribution :Kihyun KIM

Animation :Yeongeun PARK

Scenario :Yumi JOUNG

Technique : Ordinateur 2D


Une petite fille trace un cercle à l'intérieur duquel viennent s'entasser un à un toute sorte de personnage avant que la petite fille revienne pour effacer le cercle et les libérer.



Yumi Joung nous propose un graphisme très pur en noir et blanc. Ce minimalisme favorise le symbolisme de la métaphore qu'elle nous offre.

Elle nous explique, dans cette interview réalisée au festival d'Annecy, qu'elle a voulu exprimer les limites que nos sociétés imposent aux individus obérant ainsi leurs possibilités souvent restreintes à des actions répétitives.



Un cinéma formel


Ce qui est plaisant dans ce film, c'est la forme qui en renforce la symbolique :


  1. On part de rien, un fond gris avec une branche, une petite fille trace un cercle.

  2. Des personnages impassibles s'entassent silencieusement dans le cercle qui semble pouvoir accueillir une infinité de personnes. On observe dans cette phase une répétition des arrivées qui crée une attente. On se demande quand elles vont prendre fin, on attend une chute.

  3. La petite fille revient, efface le cercle et les personnages "libérés" poursuivent leur route.


On retrouve ce même plaisir formel dans le cinéma comique, friant de ce type de narration. Dans "Une nuit à l'opéra" film réalisé par Sam Wood  en 1935 avec les Marx Brothers si chers à André Martin (1), la forme qui structure la scène est identique :

  1. Groucho arrive devant une cabine et commande à un serveur un déjeuner dans un dialogue aveugle avec Chico et Harpo.

  2. Groucho arrive dans la cabine et entame un dialogue avec Chico. Des personnages entrent successivement dans la cabine et subissent l'entassement. Leur attitude est résignée, ils subissent mais dans un registre comique. Les personnages interagissent dans un désordre "Marxien". On observe dans cette phase la même répétition des arrivées dont on se demande quand elles vont prendre fin. La technique de narration de (comique de) répétitions est au service du rire cette fois.

  3. Une femme ouvre la porte et la cabine "dégorge" de personnages qui en dégringolent dans chaos libératoire.


A l'opposée de la sobriété de "Circle",  cette même forme exprime la métaphore du confinement et de la liberté mais cette fois-ci dans l'outrance et le comique.

Une nuit à l'opéra- Marx Brothers 1935




A Night at the opera de Sam Wood 1935. La scène de la cabine.


Circle est un beau film car il exprime avec sobriété les limites qu'on s'impose dans notre vie en société. La scène de la cabine dans "Une nuit à l'opéra" utilise la même forme mais dans l'Univers libertaire des frères Marx. Mais finalement le propos n'est-il pas le même ? ...



Pour en savoir plus sur Yumi Joung et "Circle" lire : Establishing Space: 'Circle' by Korean Animation Director Joung Yumi (Berlinale 2024 Interview)


(1) Articles d'André Martin sur les Marx Brothers :

1955 02 Cahiers du Cinéma no 44. Les Marx Brothers ont-ils une âme (1) (P2-16)

1955 03 Cahiers du Cinéma no 45.  Les Marx Brothers ont-ils une âme (II)

1955 05 Cahiers du Cinéma no 47.  Les Marx Brothers ont-ils une âme (III)

1964 12 Cinema 64 - Harpo Marx à n'en plus finir 





19 vues0 commentaire

Comments


Post: Blog2_Post
bottom of page