top of page
Rechercher
  • Photo du rédacteurClément Martin

Annecy 2023 : Prix André-Martin pour un court-métrage français ... on va se régaler ! 2e partie



Pour continuer à illustrer le dur travail du Jury du prix André-Martin pour un court métrage qui devra trancher ! Voici, après "la saison pourpre" de Clémence Bouchereau(1), un deuxième film remarquable parmi les candidat : l'ombre des papillons.


L'Ombre des papillons a touché juste !

Le film a fait l'objet de résidences à Meknès au Maroc, à la Cinémathèque Québécoise à Montréal au Canada et à la maison des auteurs à Angoulême.


On avait pu voir "l'ombre des papillons" à la cinémathèque française lors de la séance du lundi 19 décembre 2022 - présentée par Francis Gavelle et Bernard Payen lors de la séance "le cinéma d'animation dans tous ses états" mais également au PIAFF en présence de la réalisatrice en janvier dernier. Sofia El Khyari avait pu alors nous confier sa volonté d'exprimer la mélancolie, la nostalgie du désir d'un amour perdu.

Elle a rapidement délaissé storyboard et scénario construits pour se laisser guider par des images de son inconscient et des textes qu'elle a assemblé pour nous offrir ce chant langoureux.

La réalisatrice a eu la volonté d'exprimer ces sentiments contrariés que l'on ressent face à cet amour perdu avec un langage sensuel qui soit adapté à la culture marocaine. Comment traduire la sensation de toucher au cinéma ? Comment donner envie de caresser la peau, d'exprimer cette mémoire charnelle ?

La technique utilisée pour créer les images de ce film est principalement celle de l'aquarelle et de l'encre sur papier avec beaucoup d'eau pour donner à l'image animée cette fluidité métaphore de la langueur. Pour mieux évoquer le sens du toucher, les animatrices ont même imprimé sur la peinture leurs mains, leurs lèvres, leurs doigts.

La réalisatrice nous explique les étapes de la conception du film, sur https://www.youtube.com/watch?v=wtGSDU9LLp0&t=77s

Une fois encore le miracle laborieux de la conception d'un film d'animation, ce cinéma de synthèse (2), touche juste au cœur de l'intime. Le chant que Sofia El Khyari interprète dans un dialecte utilisé au Maroc, achève de nous immerger par sa douceur dans cette expérience sensorielle. La voix masculine d'un des musiciens apporte ponctuellement un pâle écho évanescent à l'ensemble.

Textures et touché. Image de l'inconscient. - Image https://www.sofiaelkhyari.com

L'ombre des papillons une texture un grain et les joies graphiques qui frôlent avec douceur l'abstraction. - Image : https://www.sofiaelkhyari.com/lombre-des-papillons/


On peut voir trois courts-métrages de la réalisatrice sur https://www.sofiaelkhyari.com

et la bande annonce du l'ombre des papillons sur https://www.youtube.com/watch?v=bjN4V7mb7iw

Alors rendez-vous au festival d'Annecy pour voir ou revoir ce film remarquable où le graphisme, les textures et la voix nous emmènent aux portes de l'abstraction à la recherche d'un bonheur aussi insaisissable que les papillons du film.


(2) 1983 03 13 "Le cinéma des cinéastes" - émission de Claude Jean Philippe avec André Martin - émission sur le film "Sans soleil".

A écouter sur : https://www.radiofrance.fr/franceculture/podcasts/les-nuits-de-france-culture/sans-soleil-de-chris-marker-essai-cinematographique-d-un-homme-multimedia-3676987

Vous trouverez les éléments notamment à la 8e minute.


117 vues0 commentaire

Commenti


Post: Blog2_Post
bottom of page