top of page
Rechercher
  • Photo du rédacteurClément Martin

They shot the piano player : Francisco Tenório Júnior pour l'éternité

Dernière mise à jour : 5 févr.



Pour sa 20e édition, le carrefour de l'animation qui se déroule chaque année au Forum des Images nous a présenté en ouverture du festival, le 20 novembre dernier, le long-métrage "They shot the piano player" en présence de Fernando Trueba et Javier Mariscal.


Fernando Trueba et Javier Mariscal interrogé par les organisateurs du carrefour de l'animation lors de la présentation du film -

Photo Clément Martin


Le film est sorti en salle le 31 janvier 2024. Ne manquez pas cette occasion de voir cette enquête sur la disparition subite d'un pianiste de jazz brésilien surdoué, Francisco Tenório Júnior.



They shot the piano player - Réalisation Fernando Trueba et Javier Mariscal - Espagne France - 2023 - 104 mn



Auteur & Réalisateur Fernando Trueba

Réalisateur & Directeur artistique Javier Mariscal

Directeur technique Juan Carlos Concha Riveros

Montage Arnau Quiles

Supervision et montage son Eduardo Castro

Mixage Alberto Ovejero

Design personnages Marcello Quintanilha

Directeur de l’animation Carlos León Sancha

Avec les voix de Jeff Goldblum, Tony Ramos, Abel Ayala, Roberta Wallach, Angela Rabelo, Stephen Hughes, Alejandra Flechner

Musiciens interviewés Vinicius de Moraes, Tom Jobim, João Gilberto, Caetano Veloso, Milton Nascimento, Gilberto Gil, Paulo Moura, João Donato


Productrice déléguée Cristina Huete 

Co-producteurs Serge Lalou, Sophie Cabon, Bruno Felix, Janneke Van De Kerkhof, Femke Wolting, Humberto Santana

Producteur associé Arnauld Boulard

Producteurs exécutifs Nano Arrieta, Juan Carlos Concha Riveros, Fabien Westerhoff, Ulrik Frémont

Directrice de production Paula Blanqué Catalina

Production déléguée Fernando Trueba Pc Sa 

Co-producteurs They Shot The Piano Player Aie, Les Films D’ici Méditerranée, Submarine Sublime, Animanostra, Gao Shan Pictures, Julian Piker & Fermin Sl, Arte France Cinéma

Producteur associé Gao Shan Pictures,

Studios d’animation Les Films du Poisson Rouge (Angoulême)

Les Fées Spéciales (Montpellier)

Studio Mariscal (Barcelone)

Submarine (Pays-Bas)

Animanostra (Portugal)

Gao Shan,

Shan Too Studios


L'enquête


Le cinéma d'animation nous propose à nouveau un film documentaire qui traite cette fois-ci de l'enquête d'un journaliste new-yorkais sur la disparition subite du jeune virtuose du piano brésilien : Tenório Júnior en mars 1976, à Buenos Aires, dans les temps troublés et agités de la veille du coup d’État militaire en Argentine.

Ce journaliste imaginaire, seul petite concession au réel du film, illustre l'enquête qu'à mené le réalisateur sur Tenório Júnior après avoir rencontré sa musique.


Au cœur de l'enquête du journaliste. Image dossier de presse.


Le film célèbre le mouvement musical de la Bossa Nova, nous plonge dans cette période musicale prolifique qui nous a donné quantité de musiques remarquables et qui a fait rayonner le jazz et la musique brésilienne pendant plus d'une décennie dans un courant de liberté créatrice sans précédent.

L'animation a permis de redonner vie à Tenório, de le voir et de l’entendre jouer, mais aussi de reconstruire les bars, les clubs où la Bossa Nova est née avec tous les grands noms de cette musique.



L'animation vous replonge plus de 50 ans en arrière dans les concerts de l'époque. Image dossier de presse.


Un univers lumineux de liberté et une face sombre et tragique


Le film nous fait découvrir avec bonheur cette époque bénite en faisant même revivre des situations oubliées comme les concerts d'Ella Fitzgerald qui a chanté quatre soirs au Copacabana Palace en 1960 et dont il ne reste aucune trace. Mais il traite également au travers de cette enquête de la tragique et subite disparition de Tenório. Il oppose ainsi la magie libre de la création musicale à la violence, la servitude et la bêtise des totalitarismes.

En allant voir le film vous suivrez l'enquête. Elle est passionnante et vous allez rencontrer toutes ces légendes comme si vous y étiez.


Ella Fitzerald au Copacabana - Image https://www.imdb.com/video/vi3272787737/


Les réalisateurs


Fernando Trueba est plutôt connu pour ces films réalisés en prise de vue continue même s'il avait déjà réalisé, en collaboration avec Javier Mariscal, un premier film d'animation Chico et Rita sorti en 2011.Ce film traitait déjà de la musique de jazz avec l'histoire d'un pianiste et d'une chanteuse cubains, dans le milieu du jazz afro-cubain à La Havane et à New York au milieu du xxe siècle.



A la fois illustrateur, réalisateur, peintre, auteur de bandes dessinées, designer d’intérieur, graphiste, créateur de mode, d’ameublement et acteur l’art de la scène, Javier Mariscal est un de ces artistes polymorphes et prolifiques qui les rendent si proche du cinéma d'animation, cinéma de tous les Arts.


Javier Mariscal Artiste polymorphe - image https://www.mobles114.com/fr/disenador/javier-mariscal-4/


La conception du film


C'est avec la complicité de ces deux créateurs que le film a su exploiter des types matériaux très différents :

  • vidéos,

  • photographies,

  • dessins,

  • images d'archive.

et ce pour les unifier dans l'univers graphique de Javier Mariscal .


Javier Mariscal a créé cet univers graphique particulier pour accueillir ces différents matériaux hétérogènes au service du récit.

L'Animation de ces dessins et de ces décors n'étaient pas chose aisée compte tenu de la complexité du dessin de Javier Mariscal très détaillé, dans un style proche de la bande dessinée, en plus pour un long métrage qui nécessite la création d'un grand nombre d'images. Le film n'est donc pas inoubliable par son animation mais il l'est par cette magie issue de cet immense travail d'exploitation des matériaux en animation qui permet de reconstruire un passé et un présent avec une signature graphique originale et cohérente.

Pour réaliser cette animation Javier Mariscal a recréé les décors et les personnages dans son style graphique coloré et détaillé à partir des différents matériaux créant ainsi des dessins clefs de l'animation.

Les films du poisson rouge ont utilisé leurs logiciels propriétaires pour extraire une trame au trait noir et blanc de ces dessins clefs pour les animer. Il a ensuite fallu projeter le travail graphique de Mariscal, casse-tête pour les animateurs en ce qui concerne les ombres et les couleurs. Catherine Estève nous décrit en détail ces prouesses qui en réalité sont encore plus complexes dans (1).


On peut voir sa bande annonce sur https://www.youtube.com/watch?v=sy57yBCqTlg



Fernando Trueba nous a confié au carrefour de l'animation qu'il avait réalisé ce film en techniques d'animation image par image car il ne voulait pas que ce film passe sur la chaîne Histoire pour une audience confidentielle. Il voulait faire connaître Tenório Júnior le plus largement possible, qu'on redécouvre et qu'on écoute sa musique, qu'on ne l'oublie pas.


L'objectif est atteint, le film est une réussite et on écoute la musique de Tenório Júnior.


Allez voir le film dans une belle salle de cinéma. Vous écouterez ensuite en boucle son unique album, "Embalo" qu'il a réalisé en 1964. Ce petit bijou du jazz brésilien de l'époque vous enveloppe tout au long du film dans cette atmosphère envoutante de la Bossa Nova.


Vous rencontrerez Francisco Tenório Júnior ... pour l'éternité.




.


(1) Dossier de presse très complet de "They shot the piano player" consultable sur https://www.dulacdistribution.com/film/they-shot-the-piano-player/176


16 vues0 commentaire
Post: Blog2_Post
bottom of page