top of page
Rechercher
  • Photo du rédacteurClément Martin

Des journées patrimoniales particulières

Dernière mise à jour : 20 oct. 2023


Collection Geneviève et André Martin - Don de Jean-Michel Boschet - Image du storyboard du film d'animation "Mais où sont les nègres d'antan" 1962 de Michel Boschet et André Martin.


Cette année les journées du patrimoine auront pris une saveur toute particulière car Jean-Michel Boschet, le fils de Michel Boschet, m'a envoyé par la poste des documents issus des archives de Michel pour que je les intègre dans les documents que j'ordonne progressivement dans la collection Geneviève et André Martin. Après une petite frayeur à la poste qui ne trouvait pas mon colis, j'ai finalement pu récupérer l'envoi et l'ouvrir avec précaution pour découvrir, entre autre, quelques photos de films de Bretislav Pojar, des caricatures, des coupures de presse et deux gros paquets d'encres et gouaches sur papier Canson.


Caricature d'André Martin par Michel Boschet pour le festival de court-métrages de Tours probablement début des années 60. Collection Geneviève et André Martin - Don de Jean-Michel Boschet


Ma gourmandise picturale m'a fait commencer par les 70 dessins à l'encre et gouache du Story board de "Où sont les nègres d'antan".

Chaque plan est travaillé pour lui donner un cadre. On y retrouve des commentaires d'André Martin sur l'image et ...le son.

Collection Geneviève et André Martin - Don de Jean-Michel Boschet - Image du storyboard du film d'animation "Mais où sont les nègres d'antan" 1962 de Michel Boschet et André Martin avec les commentaires écrits.


L'ensemble de ce story board est maintenant scanné et rangé en classeur. Son rangement numérique offre lui le plaisir d'en voir la séquence et de pouvoir naviguer dans ce projet avec ces plans refusés et ceux acceptés. Mais quel est donc ce court-métrage ?

Classement des archives - photo Clément Martin


Mais où sont les nègres d'antan - Réalisation Michel Boschet et André Martin - 1962 16 minutes - France

  • Scénario, commentaire Michel Boschet et André Martin

  • Photo : Julien Pappé, Jacques Maillet

  • Animateurs Henri Lacam, Michel Roudevitch

  • Décorateur René Fouin

  • Traçage Christiane Gandon

  • Musique : Geneviève Martin

  • Voix Bernard Bing

  • Son D.M.S Pierre Miville

  • Montage Suzanne Caveau

  • Producteur : Anatole Dauman

  • Sociétés de production : Argos Films, Service de la recherche de la RTF, Les Films Martin-Boschet

  • Langue : Français

  • Format : 35 mm

Le film nous conte les tribulations d'un "ethnographe" parisien qui se rend dans un petit village au fin fond de l'Afrique. Muni de tout l'arsenal du chasseurs d'images et de son, il mesure, filme et enregistre sons, musiques et danses locales.

De retour à Paris il fait fortune avec ses enregistrements et devient célèbre.

Il devra finalement rendre comptes au village pour l'utilisation de ces musiques qui ne lui appartiennent pas avec pour finir, un retournement de situation aussi drôle que prémonitoire.

Le film nous plonge dans cette "vie précieuse" du village avec ces personnages animés à la limite de l'abstraction (pagayeurs de pirogue, joueurs de tambour).


Arsenal d'enregistrement d'images et de son - dessin préparatoire - "Mais où sont les nègres d'antan" 1962 de Michel Boschet et André Martin. Collection Geneviève et André Martin - Don de Jean-Michel Boschet - Image du storyboard du film d'animation


Arsenal d'enregistrement d'images et de son -Image du film cette fois. On remarque que le cochon tirelire du "sceptre du chef du village a été ajouté - -"Mais où sont les nègres d'antan" 1962 de Michel Boschet et André Martin - source https://www.senscritique.com/film/mais_ou_sont_les_negres_d_antan/460210


Les influences


Les deux compères Michel Boschet et André Martin nous régalent une fois de plus avec un film au graphisme séduisant et moderne à une époque où la France peine à sortir de l'époque coloniale. On y retrouve les influences dont Michel Boschet était le pinceau et André Martin la plume dans plusieurs dimensions.


La musique

  • André Martin a toujours eu un environnement musical. Son père était violoniste et il était marié à une musicienne, Geneviève Martin qui a composé la musique du film. Ce n'est donc pas un hasard si son deuxième article dans les cahiers du cinéma en mai 1953 a porté sur Serge Prokofiev et la rencontre de la musique avec le cinéma (1). Le bruitage et la musique sont l'objet d'une attention particulière pour nous plonger avec réussite dans l'atmosphère du village. Dès le premier plan, le film nous invite à sonder "l'âme immense de l'Afrique" avec le chant des pagayeurs d'une pirogue, des bruits d'oiseaux et de forêts tropicales.

Première page de « Serge Prokofieff La Musique rencontre le cinéma ». (1953 05 Les Cahiers du Cinéma no 23)

  • La musique est également le sujet principal du scénario. Qu'il s'agisse de l'orgue de barbarie que l'on retrouvera dans "Maison Vole" en 1982 (2) ou du sujet du film très lié au travaux qu'AM mène à la l'époque de la conception du film sur lesquelles il fît une conférence en janvier 1961 au cidalc pour l'UNESCO (3).

20 janvier 1961 1ère page du rapport d'André Martin sur le film d'Art dans la préservation et le développement des Arts et traditions populaires musicales. Collection Geneviève et André Martin


La vision prospective

  • La vision prospective du monde , toujours présente chez André Martin, le film qui montre une Afrique forte qui s'affirme,

    • Pour illustrer cette vision permanente, lire l'édifiant article d'André Martin qui , en 1965, nous annonce les comportements sociaux d'aujourd'hui en relation avec l'usage des médias instantanés (4) ou écouter la vision prospective d'André Martin sur le cinéma de synthèse et les médias en 1983 (5)

La couverture du numéro d'image et son où est publié l'article d'André Martin affiche le graphisme du film. Image collection Geneviève et André Martin - 1965 03 Image et son no 182 couverture


Faith et John Hubley

  • On devine l'influence de Faith et John Hubley sur lesquels André Martin a écrit plusieurs articles (6) (7) (8). John Hubley a reçu aux premières Journées Internationales du Cinéma d'Animation se déroulant à Annecy en 1960 - les 2 premières se sont déroulées à Cannes - le grand prix de la critique internationale pour le magnifique "Moonbird". John Hubley était président du jury , il n'était donc pas possible de lui attribuer un des prix distribués par le jury.

Le président du jury John Hubley et André Martin, "l'animateur du spectacle de l'animation", au festival d'Annecy en 1960 - photo de André Gobeli - Collection Geneviève et André Martin.

  • On retrouve chez Hubley et Martin-Boschet des techniques graphiques comparables pour les décors ainsi que des silhouettes stylisées à l'encre noir qui deviennent des motifs.

Dessin préparatoire de 1959 Seven Lively Arts - John Hubley - Collection Geneviève et André Martin

Dessin préparatoire de 1962 Mais où sont les nègres d'antan- Collection Geneviève et André Martin - Don de Jean-Michel Boschet

Dessin préparatoire de 1962 Mais où sont les nègres d'antan- Des silhouettes à l'encre noirs deviennent des motifs abstraits animés - Collection Geneviève et André Martin - Don de Jean-Michel Boschet


Le burlesque

  • Le goût du burlesque et du calembour notamment avec le titre du film rappelant le vers de François Villon « Mais où sont les neiges d'antan ? » qui conclut son poème la « Ballade des dames du temps jadis ».

    • La passion de Michel Boschet et André Martin pour le burlesque est déjà prégnante dans la deuxième moitié des années quarante où les jeunes bordelais dévorent les films burlesques américains dans les ciné-clubs. André Martin écrira par la suite dans les années 50 plusieurs articles dans les cahiers du cinéma sur les Marx Brothers et les Buster Keaton.

André Martin au milieu des années 40 et Michel Boschet (sans moustache ! ) André Martin et René Rios au Bouscat dans une parodie des Marx Brothers.

  • On peut noter quelques touches humoristiques dans le texte ou dans l'animation comme le "sceptre" du chef du village qui est un une tirelire cochon destinée à recevoir le paiement des prestations réalisées par le village pour l'ethnographe.

La sociologie

  • L'ethnographie, un sujet central du scénario du film, est une composante des sciences sociales auxquelles André Martin s'intéresse particulièrement. En août 1961 André Martin fait sa première visite au Canada. La rencontre de sociologues québécois comme Fernand Cadieux, la lecture des livres de Marshall McLuhan (9) (10) qui fera partie de ses deux documentaires qu'AM réalisera à l'ONF (11), vont fortement influencer André Martin qui, sans abandonner le cinéma d'animation va progressivement s'intéresser aux médias et aux "communications sociales" jusqu'à prendre la direction du service de la recherche de la Commission de la Télé Radio Diffusion Canadienne en janvier 1970.



Le patrimoine et les époques


Même pour les archivistes et historiens en herbe "par la force des choses", la sauvegarde du patrimoine cinématographique et audiovisuel, ses rapports à l'histoire, le rôle de ces conservations interpellent en permanence. Faut-il adapter les mots et les images du passé aux canons moraux d'aujourd'hui ? Retravailler, découper, renommer, avertir ... interdire ? Ou au contraire faut-il respecter scrupuleusement les œuvres dans leur jus pour un véritable témoignage historique du passé pour mieux comprendre le présent et le futur ? Je penche singulièrement pour la deuxième option non sans avoir consulté des historiens à ce sujet pour me rassurer. :-)


Et oui, vous l'aurez remarqué le titre du film comporte le mot "nègre", ce mot dérivé du latin niger qui veut dire « noir » en tant que couleur. Ce mot était utilisé depuis le XVIe siècle en France. Il est aujourd'hui considéré comme un terme péjoratif et raciste au point que je n'ai pas fait apparaître le titre du film sur l'annonce de cet article sur les réseaux sociaux sous peine de devoir subir des dizaines voire des centaines de "points de Godwin" instantanément !


On a changé le titre du célèbre “Dix petits nègres” d'Agatha Christie en "ils étaient dix" . S'il faut changer le titre d'un film profondément respectueux d'une Afrique gagnante et de sa culture alors on l'appellera "Mais où sont les neiges d'antan". Ce titre de film digne de" l'absurdie pataphysique" sera un clin d'œil fidèle aux réalisateurs... le titre du film conservera même une dimension prospective ! :-)


Le film est visionable en permanence au Forum des Images à Paris ... en attendant de le voir en salle !


Une journée patrimoniale peut en cacher une autre : Cerise sur le gâteau


Cerise sur le gâteau suite à la parution de cet article, Jean-Baptiste Garnero du CNC a fourni trois animations réalisées à partir de cellulos et dessins du fonds Michel Boschet déposés au CNC par les ayant droits, animations réalisées par Justin Fayand (ENSAD). Merci à Argos Films pour l'aimable autorisation de diffusion.



Animation de dessins et cellules originaux de "Mais où sont les nègres d'antant". Matériaux originaux Fonds Michel Boschet déposés au CNC par les ayant droits, animations réalisées par Justin Fayard (ENSAD) ©Argos Films. L'animation en couleur du personnage existe aussi sur fond noir.


Remerciements

Merci Jean-Michel Boschet pour ce beau cadeau avec ce premier week-end enthousiaste et laborieux. C'est avec une émotion particulière qu'on manipule les préparatifs d'un films conçus il y a 62 ans avec ses anachronismes, ses visions prospectives, ses talents graphiques, ses influences artistiques, ses directives écrites qui soulignent le but recherché du plan. Ce classement numérique et physique nous plonge au cœur de la genèse de ce film avec ces touchants moments où les auteurs que l'on regrette chaque jour sont soudain si vivants.


C'est cela aussi le patrimoine !


Merci à Ellen Schafer d'Argos films, de m'avoir permis de revoir le film dans le cadre de la préparation de cet article et pour la permission de diffuser les animations.


Merci à Jean-Baptiste Garnero du CNC, toujours attentionné et attentif à la préservation du patrimoine cinématographique, pour la cerise sur le gâteau.



Notes :

(1) 1953 05 Les Cahiers du Cinéma no 23 Serge Prokofieff La Musique rencontre le cinéma P 24-25

(3)1961 01 20 - UNESCO - Le Film D'art dans la préservation et le développement des arts et traditions populaires musicales - André Martin

(4)1965-03 Image et Son no 182 Ou en est le culte de l'image reine ?

(5)1983 03 13 "Le cinéma des cinéastes" - émission de Claude Jean Philippe avec André Martin - émission sur le film "Sans soleil" : https://www.radiofrance.fr/franceculture/podcasts/les-nuits-de-france-culture/sans-soleil-de-chris-marker-essai-cinematographique-d-un-homme-multimedia-3676987

(6)1962-08 Montréal 3e Festival International du Film de Montréal John Hubley L'intrépide

(7) 1965-07 - Cinéma 65 Spécial Animation - John Hubley Un anarchiste de sang royal - p23-33

(8) Il existe une interview de John Hubley par André Martin et une personne non identifiée qui traduit en anglais quand cela est nécessaire qui a été numérisée.

(9) La Galaxie Gutenberg : la genèse de l'homme typographique (trad. Jean Paré), Montréal, HMH, 1967. Titre original en anglais The Gutenberg Galaxy: The Making of Typographic Man, University of Toronto Press, 1962.

(10) Pour comprendre les médias, Seuil, coll. Points, 1968, 404 p. (titre original : (en) Understanding Media: The Extensions of Man, McGraw-Hill, New-York, 1964.)

(11) 1967 La télévision est là - Réalisation André Martin - Production Office National du Film du Canada et 1967 Image que me veux-tu ?- Réalisation André Martin - Production Office National du Film du Canada.


62 vues0 commentaire

Comments


Post: Blog2_Post
bottom of page